m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
     
Ouvrage

H 0 Sport et mérite : histoire d'un mythe : philosophie politique du corps en démocratie

VERCHERE, Raphael ; LIOTARD, Philippe (Préfacier)

Le Crest

Volcan (Les éditions du)

2022

481 p.

pp. 441-465

979-10-97339-44-9

"Conséquences éthiques et politiques de la méritocratie sportive, et de sa diffusion dans la société. "Dès son origine anglaise au XIXe siècle dans les public schools, le sport répondait à des impératifs stratégiques allant du contrôle des populations étudiantes, jusqu’au projet plus vaste de formation d’une élite conquérante. Dans l’importation en France du sport, Pierre de Coubertin posa des objectifs similaires, désirant réformer une société jugée en crise. Le sport, caractérisé par une liberté encadrée et régulée, se heurta dans ce projet à la gymnastique, autre mode de contrôle des populations en vigueur dans les pratiques corporelles, marqué par le disciplinaire. Surtout, tel que pensé par Coubertin, le caractère du sport est fondamentalement ambivalent, étant à la fois aliénant et émancipateur. Cette ambiguïté se cristallise dans la question de l’égalitarisme. En effet, le sport, fondamentalement aristocratique au sens où il ne profite qu’aux forts physiquement, parvient paradoxalement à se présenter comme une pure méritocratie où le rang de chacun serait uniquement dépendant des efforts fournis, produisant ainsi ordre et travail. Cette représentation méritocratique du sport s’est construite tout au long du XXe siècle, répondant à un progressif oubli de son caractère aristocratique.

SPORT ; mérite ; ANGLETERRE ; ETUDIANT ; FORMATION ; Sport d'élite ; COUBERTIN PIERRE DE ; GYMNASTIQUE ; DISCIPLINE ; emancipation ; EGALITE SOCIALE ; ARISTOCRATIE


Exemplaires

Cote N° d'inventaire Conditions de diffusion
1 SP 01 VER Prêt

Mes paniers

4

gerer mes paniers

0
Z